Les PME françaises aux Jeux Olympiques

Les dernières olympiades ont été une belle opportunité pour les petites et moyennes entreprises françaises de démontrer leur savoir-faire. Quelles sont-elles ?

L’accession à une notoriété internationale

Si les entreprises britanniques ont remporté plus de 90 % des appels d’offres au cours des Jeux Olympiques de Londres, quelques entreprises françaises ont toutefois réussi à tirer leur épingle du jeu. En effet, près d’une vingtaine de PME françaises s’est qualifié pour participer au plus grand évènement sportif qui s’était déroulé à Londres, le 27 juillet dernier. Parmi eux, une bonne moitié des PME ont réussi à décrocher des contrats de fournisseurs. Rappelons que les grandes manifestations sportives telles que les coupes ou encore les championnats du monde ont toujours été des opportunités pour les entreprises françaises de montrer leurs compétences à l’international. C’est la raison pour laquelle, les défenseurs du drapeau tricolore sont prêts à miser gros : pas moins de 12 milliards d’euros d’investissements sont prévus pour les Jeux Olympiques au Brésil en 2016, 16 milliards pour la coupe du monde 2018 en Russie et plus de 80 milliards d’euros pour la coupe du monde de football au Qatar en 2022 !

Une opportunité à ne pas rater

Plus qu’un contrat, la plupart des dirigeants d’entreprises s’accordent à dire que l’intérêt de ces marchés importent davantage pour le symbole. Pour ces petites et moyennes entreprises, une participation à cette manifestation sportive constitue un enjeu capital : au-delà du montant du contrat, il s’agit ici d’une excellente occasion pour elles de développer leur notoriété sur la scène internationale et se démarquer alors de la concurrence. Parmi les PME qualifiées, on retrouve le GL Events, chargé de fournir 175 000 m² de tente et les 150 000 sièges de tribunes. L’entreprise Doublet quant à elle, a fourni les 12 000 drapeaux des 204 délégations. La PME Compte R, expert en chaudière à bois et à biomasse, a été sollicitée  pour équiper les lieux de résidence des athlètes. Elle a remporté un contrat estimé à 900.000 €. Le groupe réalise alors un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros. Abéo et sa filiale Gymnova ont participé à l’équipement du matériel de gymnastique.

Des PME françaises, toujours

Parmi les PME qualifiées aux JO de Londres, on retrouve également celle de Romain Ferrari. Ce fabricant de toiles a fourni la plupart de celles qui ont couvert les grandes infrastructures des Jeux Olympiques, dont le stade, l’arène de water polo ou encore le stade vélodrome et ce, pour un montant égal à 1,5 millions d’euros. Parmi elles, figurent également Veolia Propreté qui a contribué à la préparation du site olympique grâce à son usine de traitement de déchets à Westminster. Cornilleau, une PME implantée en Picardie, a été sollicitée pour la fourniture de matériel de tennis de table. Au cours de cet évènement, 300 tables de ping-pong ont été exposées dans les rues londoniennes du Ping London.

De nombreuses PME françaises ont participé activement à la préparation et à l’organisation des JO de Londres 2012.

About Paul Henry

Paul Henry est journaliste freelance et écrit pour la presse quotidienne francophone (France, Belgique, Suisse et Canada). Paul henry a 36 ans, et vit près de Paris avec ses trois enfants.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s